Acné et Naturopathie

Publié le par Patricia REPON, naturopathe à Toulon, Var

Se débarrasser de l'acné avec la naturopathie

Se débarrasser de l'acné avec la naturopathie

Très fréquente, l’acné n’en est pas moins très difficile à combattre. Explications et solutions pour se débarrasser de ces boutons qui gâchent véritablement la vie.

L’acné commune, est une affection dermatologique très répandue, qui commence généralement aux approches de la puberté. Elle se manifeste principalement sur le visage, le dos et la poitrine. Son évolution est spontanément régressive dans la majorité des cas : elle disparaît la plupart du temps avant l’âge de 20 ans chez les hommes mais peut se prolonger chez les femmes. Cette évolution n’a pas vraiment d’explication ; la prise de contraceptifs oestroprogestatifs et l’utilisation de produits cosmétiques à base d’huile de vaseline (produits solaires) peuvent toutefois contribuer à pérenniser les lésions.

Trois étapes

La sécrétion de sébum est sous la dépendance des hormones androgènes et subit des modifications lors des fluctuations du statut hormonal sexuel : puberté, grossesse, ménopause. En effet, il existe un lien entre les hormones sexuelles et la matière grasse corporelle. Au moment de la puberté, les hormones androgéniques connaissent un pic de production chez le garçon comme chez la fille, et la glande sébacée est stimulée : c’est ce qu’on appelle la séborrhée. Dans la séborrhée, la composition du sébum varie. Son point de fusion augmente et il n’est plus aussi fluide à la température normale de la peau, qui est en moyenne de 35°C. En conséquence, le sébum s’écoule moins facilement et obstrue le canal sébacé, formant un comédon, première étape de l’acné. S’ensuit la formation de lésions inflammatoires dans lesquelles la bactérie anaérobie propionibacterium acnes joue un rôle essentiel. L’acné provoque très souvent une altération de l’image de soi à un âge où la fragilité psycho-sociale est la plus forte.

Très fréquente, l’acné n’en est pas moins très difficile à combattre.

Explications et solutions pour se débarrasser de ces boutons qui gâchent véritablement la vie.

Traitements conventionnels

La médecine conventionnelle propose essentiellement deux types de traitements. Les rétinoïdes (dérivés de la vitamine A) sont très employés pour leur effet kératolytique

(ils limitent les kystes et les comédons). Ils sont à manier avec précaution car leur application peut entraîner un assèchement sévère de la peau et des muqueuses. Ils présentent aussi un risque important de toxicité hépatique et de tératogenèse, susceptible d’entraîner des malformations très graves du foetus. Ils sont donc complètement contre-indiqués en cas

de grossesse.

Les antibactériens (antibiotiques et antiseptiques) permettent quant à eux d’éviter la prolifération bactérienne et donc de limiter l’infection, mais ils ne régulent pas la production de sébum. La peau restant grasse, comédons et microkystes continuent à se former. Les antibiotiques sont à éviter au maximum par voie orale pour limiter le développement de résistances. Par voie locale, ils ont tendance à assécher et irriter la peau.

Méthodes en naturopathie pour traiter l’acné

Les dépuratifs sont considérés maintenant comme totalement obsolètes par la médecine conventionnelle. Les découvertes sur la modulation de la perméabilité intestinale soulignent cependant qu’il est important de stimuler la fonction hépato-biliaire.

Les plantes qui sont principalement utilisées comme dépuratifs dans l’acné sont la bardane (arctium lappa), la pensée sauvage (viola tricolor), et le pissenlit (taraxacum dens leonis). Dans le domaine des antiinfectieux, les huiles essentielles les plus utilisées sont l’arbre à thé (melaleuca alternifolia), le citron (citrus limonum), la lavande (lavandula vera) ou encore le

patchouli (pogostemon cablin). Le zinc est également un oligoélément bien connu dans le traitement de l’acné. Il possède un effet antiinflammatoire et aide à une meilleure cicatrisation des plaies. C’est aussi un antioxydant puissant qui neutralise les radicaux libres.

La lactoferrine est quant à elle une glycoprotéine que l’on trouve dans le colostrum. Ses propriétés antibactériennes sont avérées et elle a l’avantage de stimuler les défenses naturelles.

Enfin, le limonène est un fluidifiant très actif du sébum. Cette substance est présente à plus de 90% dans l’huile essentielle d’orange douce (citrus aurantium var. sinensis) et à plus de 60 % dans celle de citron (citrus limonum). Appliqué localement dans une crème, le limonène permet d’éviter la formation de bouchons (comédons), et donc de boutons enflammés.

PRENDRE RENDEZ-VOUS

 


Patricia REPON - NATUROPATHIE - COURS DE PILATES
Agréée OMNES (Organisation Médecine Naturelle Education Sanitaire)

Aromathérapie, Réflexologie plantaire, Modelage lymphatique
Palais Vauban, 12 avenue Jean Moulin, 83000 Toulon  
Déplacements en PACA pour formations et conseils

Tél : 06 09 50 04 19 - Mail : patricia-repon@naturopathe-toulon.fr 

Commenter cet article