Peux-t-ton se fier à la forme d'une aliment pour connaitre ses vertus santé ?

Publié le par Patricia REPON

Apprendre à devenir acteur de sa santé en suivant les conseils de Patricia REPON

Apprendre à devenir acteur de sa santé en suivant les conseils de Patricia REPON

Bien avant que la science se développe et que l’on puisse prouver chiffres à l’appui que tel ou tel aliment avait un impact positif sur un organe, il a fallu trouver des moyens plus artisanaux comme par exemple la ressemblance du dit aliment avec l’organe cible. C’est ainsi que l’on a pu définir par exemple que la noix avait une forte affinité avec le cerveau, l’avocat avec l’utérus ou encore le céleri avec l’os. De là à dire que nous pouvons à la seule vue d’un aliment connaitre ses bienfaits sur notre santé, il n’y a qu’un pas, hors dans la réalité ce n’est peut-être pas si simple.

La théorie des signatures
Dans des temps très anciens, les hommes ont dû tâtonner pour choisir leur nourriture et leur médecine sans s’empoisonner. A l’époque, nul laboratoire d’analyse pour définir la composition des plantes et des aliments, il fallait tester ! Un petit bout par ci, un petit bout par là en prenant soin de bien identifier la feuille ou la baie, ne restait plus qu’à prier pour qu’une once ne représente pas un poison et écouter les signes du corps pour évaluer les bénéfices : plaisir, digestibilité, action positive sur une douleur, impact sur le moral, accroissement d’énergie… Ou rien… Peu à peu, ont été répertorié une pharmacopée et une quantité d’aliments favorables ou défavorables à la santé basées sur le ressenti de centaines de générations. Pour affiner les recherches et partant du principe que les semblables soignent les semblables, cette technique empirique a été nommée la théorie des signatures par Paracelse, médecin alchimiste du 16° siècle qui lisait dans la nature afin de trouver des remèdes pour ses patients, sorte de message du divin a qui savait observé le monde, les couleurs, les formes, les tailles…. On va ainsi définir au fil du temps de nombreux aliments ou plantes aux vertus médicinales.

Quelques exemples ayant fait leurs preuves
Le saule
est un arbre qui pousse au bord de l’eau, dans les marais, ses racines sont inondées, il doit alors soigner les maladies induites par ce milieu, à savoir la fièvre et les rhumatismes. En effet, l’un des constituants de cet arbre est la salyciline, aux vertus anti-inflammatoires et antipyrétiques plus connue sous le nom d’aspirine. Bluffant non ?
La noix ressemble trait pour trait à un cerveau humain, deux hémisphères, des plis et des veinules, on pourrait les confondre ! Et en effet, la noix, riche en acides gras poly insaturés oméga 3 améliore le fonctionnement cérébral.
Les haricots vous rappellent-ils un organe ? Oui, vous avez gagné, les haricots ressemblent étrangement aux reins qui améliorent la fonction rénale grâce au potassium qu’ils contiennent.
Vous n’êtes pas rassasiés ? Les graines de figues augmentent la motilité des spermatozoïdes, les amandes sont bénéfiques à la santé de l’œil, les grappes de raisin s’identifient à l’arbre bronchique et ont le pouvoir de diminuer les crises d’asthme, le pamplemousse semblable à la glande mammaire pourrait en réduire le cancer, la patate douce dont la ressemblance avec le pancréas a le pouvoir de maitriser la glycémie…. On pourrait ainsi en citer bon nombre qui serait tout à fait en adéquation avec la réalité.

Vérité ou coïncidence ?
De nature un peu critique et un brin coquine, je me suis demandée si la banane, l’aubergine ou le concombre auraient des vertus… Enfin, vous voyez ce que je veux dire. J’ai fait quelques recherches et les 10 aliments paraissant avoir prouvé une action réelle sur l’érection se révèlent être : les huitres, les betteraves, les choux, le céleri, le cacao cru, l’ail, la grenade, la pastèque, le ginseng et le poivre, rien à voir avec l’appendice en question. Un peu déçu d’être si peu douée pour lire les signes de la nature, j’ai poursuivi mes recherches sur tous les aliments qui pouvaient avoir une action sur les organes cités plus haut dont je vais vous livrer quelques résultats. Naturopathe de métier, j’utilise plus que tout autre thérapeute les aliments pour améliorer l’état de santé de mes patients.
Pour booster les fonctions du cerveau, c’est tout naturellement vers la noix que vont se diriger mes conseils, mais aussi vers le lin, réputé lui aussi pour sa très grande richesse en oméga 3, or la graine de lin grosse comme 1/10ième de grain de riz ne ressemble pas du tout à un cerveau, même pas au mien qui suis blonde et de ce fait réputée pour ne pas en avoir !
Je me suis dit qu’avec l’utérus j’aurais peut-être plus de chance, en effet la richesse en folates (vitamine B9) de l’avocat en fait un excellent aliment pour la procréation ainsi que pour la prévention de certaines maladies congénitales, c’est un aliment à conseiller chez la femme, mais pas plus que l’épinard, l’artichaut, le brocoli ou la laitue qui en contiennent parfois plus.
Un dernier pour la route ? Maintenir un bon fonctionnement des organes d’élimination est un incontournable de ma thérapeutique, les reins bien entendu font partis de ce que l’on appelle dans notre jargon les émonctoires, pour ce faire il faut avoir recours à certaines plantes ou aliments qui contiennent entre autre oligo-élément du potassium, pourquoi ne pas conseiller une cure de haricots me direz-vous ? En effet, bien que les personnes ayant un intestin fragile puissent m’attaquer pour maltraitance, je pourrais faire ce choix, sauf que ce dernier arrive en 135ième position sur le tableau des aliments les plus riches en potassium. Du coup, sans remettre en doute l’efficacité du haricot, il parait évident que des conseils plus judicieux pourraient être préconisés.

Je souhaite pour terminer afin de ne pas vous laisser sur votre faim vous délivrer les codes pour trouver les aliments qui conviennent le mieux à vos organismes. Nutriments, vitamines et oligo-éléments se trouvent dans toutes les denrées saines, de saison et de préférence biologiques ou cultivées avec amour et cuisinées avec respect. En variant votre alimentation, vous pourrez bénéficier des bienfaits de votre nourriture et vous porterez bien. Si vous avez un problème de santé, un organe en sous régime ou qui dysfonctionne, parlez-en à un professionnel expérimenté dans le domaine de la nutrition et il sera vous indiquer ce que vous devez mettre dans votre assiette. Cependant ne lui en veuillez pas si les aliments conseillés ne sont pas tous semblables à l’organe affaibli, c’est tout simplement qu’il y a une multitude d’aliments qui contiennent tous les nutriments utiles.
L’instinct alimentaire s’est perdu dans notre société moderne, mais en grattant un peu vous pourrez le retrouver et tout comme Paracelse, faire confiance en la nature pour vous guider sur le chemin de la santé.

MIEUX CONNAITRE LA NATUROPATHIE

Patricia REPON - NATUROPATHIE - COURS DE PILATES
Agréée OMNES (Organisation Médecine Naturelle Education Sanitaire)

Aromathérapie, Réflexologie plantaire, Modelage lymphatique, Niromathé ®
Palais Vauban, 12 avenue Jean Moulin, 83000 Toulon  
Déplacements en PACA pour formations et conseils

Tél : 06 09 50 04 19 - Mail : patricia-repon@naturopathe-toulon.fr 

Commenter cet article