Récit de mes vacances dans le monde de l'obésité

Publié le par Patricia REPON

Apprendre à gérer sa santé en suivant les conseils de Patricia Repon

Apprendre à gérer sa santé en suivant les conseils de Patricia Repon

MES VACANCES SUR L'ILE DE TENERIFE

Pour la première fois et pour des raisons personnelles, nous avons choisis de passer nos vacances dans un club. Dès notre arrivée, le port du bracelet obligatoire pour bénéficier de toutes les installations nous a rappelés pourquoi nous n'avions jamais choisis cette formule. Pourtant, bien disposés à passer de bonnes vacances, nous avons fait... "avec".
Installation dans les chambres, visite des pôles d'activités (piscine, salle de spectacle, salle de gym, solarium, bar, restaurant...), réunion d'informations sur les excursions proposées, nous nous sommes laissé porter gentiment jusqu'au pot d'accueil... La carte alléchante m'a orienté vers un cocktail sans alcool, qui, lorsqu'il m'a été servi s'est révélé incolore, inodore et sans saveur, c'est là que j'ai compris que côté boissons et nourriture ça n'allait pas vraiment le faire ! 
Là encore, en choisissant ce mode de vacances nous savions que nous aspirerions à aller visiter l'île et que nous trouverions de la bonne nourriture locale dans les restaurants alentours. Cependant, nous avons passé quelques heures tous les jours à notre hôtel, ce qui a été un véritable choc culturel ! 
Dès le 2ième jour, avant de partir explorer l'île avec notre voiture de location, j'ai voulu profiter de la piscine (bondée) et du cours d'aquagym... Musique d'ambiance à tue-tête (il faut ce qu'il faut pour motiver les troupes), animateur surexcité déguisé en lapinou... (pourquoi pas !) Me voilà prête à gigoter dans 1,50 m d'eau. Et là, surprise, 150 personnes dont 80% d'obèses, adultes et enfants affalées sur les transats et 8 dans l'eau ! Le spectacle, c'était nous... Pas déstabilisée pour autant, je fais ma 1/2 heure de cours assurée par un prof pas vraiment prof mais je m'amuse bien quand même...
Ma conclusion ? Les personnes qui viennent en club n'aiment pas le sport... Mais alors que font-ils ? 
Ils profitent du soleil certes... Là, pas de critique car pour moi c'est facile, habitant à Toulon, le soleil je l'ai toute l'année, alors je les comprends. Mais en y regardant de plus près, une fin d'après-midi ou ivres de notre virée dans l'ouest de l'île nous sommes venus piquer une tête dans la piscine de l'hôtel, c'était toujours les mêmes qui étaient là accompagnés de leur sempiternels verres de co..., de bi.... ou de sc.... Et pour éviter les déplacements au bar... 30 à 50 m selon l'emplacement du transat, autant dire une grande distance sous le soleil ! Ils les prenaient par 2 ou 3. En tendant l'oreille, j'ai pu distinguer plusieurs nationalités chez ses personnes en surpoids... Donc un véritable fléau mondial.
Je suis obligée de vous parler du buffet qui nous a été bien utile certains jours. Composé de mets très variés que ce soit au petit-déjeuner, déjeuner ou dîner, nous avons toujours pu y composer des repas équilibrés plus ou moins adaptés à nos goûts. Crudités, légumes cuits, viandes, poissons, céréales, desserts.... Tout y était. Une nourriture industrielle, certes, mais ce serait mentir que de dire que nous n'avons pas trouvé de plats agréables.
La curiosité était surtout dans les assiettes des vacanciers : quantités gigantesques, absence de légumes, fritures, énormes assiettes de desserts, boissons sucrées... Et que de gaspillages !
Que pensez de cette formule "All inclusive" où le tout compris fait place à l'orgie sans altérer le budget et que pensez également de l'impact des campagnes contre l'obésité qui foisonnent dans tous les pays industriels ?

Les chiffres parlent d'eux mêmes :

  • À l’échelle mondiale, le nombre de cas d’obésité a doublé depuis 1980.
  • En 2014, plus de 1,9 milliard d’adultes – personnes de 18 ans et plus – étaient en surpoids. Sur ce total, plus de 600 millions étaient obèses.
  • 39% des adultes âgés de 18 ans et plus étaient en surpoids et 13% étaient obèses.
  • La plupart de la population mondiale vit dans des pays où le surpoids et l’obésité font davantage de morts que l’insuffisance pondérale.
  • En 2014, 41 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids ou obèses.

Le paradoxe entre la prévention et l'incitation est à son comble. D'un côté on nous fait l'apologie de produits gras et sucrés, on nous propose des vacances où l'on peut boire et manger à volonté sans payer plus cher et de l'autre on nous culpabilise d'être gros, en mauvaise santé et de coûter cher aux assurances maladies.
La solution ? Il me semble que l'éducation est la meilleure solution. Pourquoi ne pas enseigner la naturopathie à l'école ? Vous le savez peut-être, le titre de conseiller(e) en naturopathie est inscrit au RNCP depuis avril 2017, ce qui en fait une profession reconnue sur tout le territoire national. Il nous est désormais possible d'intervenir dans les milieux scolaires. Alors je vous le demande ouvertement madame la ministre de la santé, laissez nous apprendre à nos enfants à devenir acteur de leur santé, notre mission est d'accompagner les individus afin de les aider à prévenir la maladie, à conserver la santé ou à l'optimiser par un mode de vie plus sain.
Connaissez-vous une autre profession qui oeuvre autant en matière de prévention ?

En attendant notre programme pédagogique en milieu scolaire, lisez et conseillez autour de vous mon dernier livre :

JE SUIS BIEN DANS MON ASSIETTE, C'EST PARTI ! Ed Jouvence

Patricia REPON - NATUROPATHE (titre RNCP d'état) - Pr DE PILATES
Agréée OMNES (Organisation Médecine Naturelle Education Sanitaire)

Aromathérapie, Réflexologie plantaire, Modelage lymphatique, 
Bye Bye Allergies, Niromathé ®
Palais Vauban, 12 avenue Jean Moulin, 83000 Toulon  
Déplacements en PACA pour formations et conseils

Tél : 06 09 50 04 19 - Mail : patricia-repon@naturopathe-toulon.fr 

Commenter cet article

tania saher 08/09/2017 20:24

et le prix du voyage est de combien ?
franchement, ça me choc pas trop vue que plus on paye plus le service est bien
après rien n'empêche de manger a l' extérieur et de visité la ville.
je pense que même si nous vivons dans un mode industrialisé, il faut pas bac plus 5 pour savoir que manger de la friture à chaque repas est mauvais.
après c'est le monde ou on vie une partie meurs de soif et de faim l'autre est en sur-poids et ou ce nourrie mal ou n'a pas de contrôle sur son assiette (produit avec des pesticide, ogm)
c'est pour ça que certain font des jardin vertical ou cultive certaine choses dans leur jardin balcon cuisine
mais faut pas s'attendre a un chef 4 étoile pour un voyage entre 400 et 600 euros
comme il faut pas s'étonnée du monde si c'est un lieu très touristique
d'ailleurs certaine personne qui font de la puériculture crée des auberge pour ce dont l'alimentation est un critère très très important.
en choisissant une formule industriel on a un traitement industriel c'est triste mais vrai

Patricia REPON 10/09/2017 18:35

Oui le monde est ainsi fait... Avec ses imperfections et ses déséquilibres... On pourrait tout de même faire mieux. Les connaissances actuelles pourraient tous nous faire vivre avec une plus grande responsabilité écologique, mais ceux qui nous gouvernent n'y voient pas pour l'instant d'intérêt financier... Restons positifs et les choses évolueront peut-être dans le bon sens... Merci pour votre commentaire pertinent.